Ouvrir le menu principal

Page:Mendès - Philoméla, 1863.djvu/184

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
168
sonnets


Vous détesterez l’heure où votre amour est née
Car le ciel punira mes élans trop hardis,
Et l’enchevêtrement de mes destins maudits
Brouillera les fils d’or de votre destinée !

C’est de tisons d’enfer que mes désirs sont pleins !
Il faut que j’y succombe et que tu t’y soumettes ;
Pauvre fille ingénue et calme, je vous plains !

Le rouge de la honte ignore mes pommettes,
Et je frappe du pied lés plus hideux tremplins
Pour atteindre le vol énorme des comètes !