Ouvrir le menu principal

Page:Mendès - Philoméla, 1863.djvu/183

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’AMOUR FATAL



Donc tu le veux, chère âme aux dangers obstinée ?
Le gouffre où nous allons, hélas ! je te le dis,
C’est l’Eden ténébreux, c’est l’Enfer-Paradis :
Je suis perdu, ma sœur, et vous êtes damnée !