Ouvrir le menu principal

Page:Mendès - Philoméla, 1863.djvu/182

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
166
sonnets


Lasse, tu t’accoudais à la pierre murale,
Pauvre ange endolori tombé des cieux aperts !
Et ton regard tout plein de candeur aurorale
Éclaira doucement la nuit où je me perds.

Goutte de miel échue à mon âpre calice !
J’aspirai, parmi l’air qu’embaume l’encensoir,
Tes cheveux odorants comme un acacia.

Tu priais, à genoux sur une pierre lisse,
Et près de toi, dans l’ombre, étant venu m’asseoir,
Je te dis : Liebst du mich ? tu me répondis : Ia !