Ouvrir le menu principal

Page:Mendès - Philoméla, 1863.djvu/169

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA RUINE



Mon âme était pareille aux ruines antiques,
Débris désespérés des monuments déchus,
Le lierre y cramponnait ses mille dofgts crochus,
Et des chœurs de serpents sifflaient sous les portiques.