Ouvrir le menu principal

Page:Mendès - Philoméla, 1863.djvu/131

Cette page a été validée par deux contributeurs.


LE ROSSIGNOL



C’était un soir du mois où les grappes sont mûres,
Et celle que je pleure était encore là.
Muette, elle écoutait ton chant sous les ramures,
Élégiaque oiseau des nuits, Philoméla !