Page:Meister - Betzi.djvu/380

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


bruyante, excédée de tant de succès si peu dignes d’elle, humiliée de ses victoires, affligée de ses conquêtes, elle résolut enfin de se soustraire à tous les yeux, et se retira brusquement dans la plus profonde solitude. Là même, elle ne se crut pas encore assez loin de la foule des mortels et ne tarda pas de remonter au haut de l’Empyrée, d’où l’on assure qu’il n’y a que le desir de l’amour le plus vif, le plus pur, le plus constant, cette seule faculté par laquelle l’homme se rapproche des Dieux, qui puisse l’engager à descendre quelquefois sur la terre pour communiquer avec les vertueux émules de ses premiers favoris.

— Visir, rendez grace au ciel que votre conte ne m’ait pas tout à fait endormi : car je vois bien à présent que votre conte prétendu n’est qu’une vieille allégorie dont il n’est