Page:Meister - Betzi.djvu/356

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le vois bien, que vous comptiez retrouver ici. Vous devez me haïr plus que vous ne me haïssez peut-être ; mais daignez m’écouter avec patience.

Je suis plus coupable envers vous que vous ne l’imaginez ; c’est à force d’adresse et de persévérance que j’ai su parvenir à vous enlever l’objet chéri de vos plus douces affections : je n’ai rien négligé pour émouvoir sa généreuse pitié ; j’ai profité, le plus adroitement du monde, du desir que vous seul aviez fait naître dans son cœur, du desir de s’arracher à des liens qui l’humiliaient. Sans le lui dire, j’ai trouvé le moyen de lui persuader, par toutes sortes d’artifices, qu’elle tenterait inutilement d’obtenir de vous ce qui manquait à son repos, à la dignité de son caractère, et que moi j’étais prêt lui offrir avec tout le dévouement de l’amour le plus tendre.