Page:Meister - Betzi.djvu/297

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans la conversation, y répandait pourtant un intérêt aimable ; tout annonçait en lui les avantages d’une excellente éducation. Il avait du goût et quelques talens agréables, celui du dessin et de la peinture ; bientôt ces talens ne furent plus employés qu’au service de ma toilette, à la décoration de mon boudoir ; sa fortune était au-dessous du médiocre, mais il savait y suppléer par beaucoup d’ordre, une intelligence très-active, infiniment de réserve et de modestie. Ce qui le caractérisait de la manière la plus remarquable, c’était l’opiniâtreté de volonté la plus décidée, quoique la plus douce et la plus patiente ; dans l’abattement même où le plongeaient souvent le souvenir de ses malheurs passés et l’embarras de sa situation présente, beaucoup de constance, de noblesse et de dignité.