Page:Meister - Betzi.djvu/21

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



A. Mais encore faut-il toujours aller contre ces obstacles.

B. Contre ceux que l’on peut espérer raisonnablement de surmonter. S’attaquer aux autres n’est que folie, et de toutes les folies souvent la plus pernicieuse.

A. Puisque la nature et la nécessité sont toujours là pour contrarier, à votre avis, les grandes vues de nos philosophes, que risque-t-on du moins à les suivre autant que nos forces nous le permettent ?

B. Beaucoup. S’il existait dans le monde moral et dans l’ordre politique autant et plus de mauvais germes que de bons, autant et plus d’idées extravagantes et fausses que d’idées justes et raisonnables, autant et plus de passions viles et nuisibles que de passions utiles et généreuses, le principe qui développerait à-la-fois toutes ces