Page:Meister - Betzi.djvu/19

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



B. Ah ! l’on risque de l’user et de l’éteindre.

A. Vous croyez toujours qu’il est impossible de perfectionner la nature, d’aller au-delà des limites étroites que n’osa franchir la sagesse timide de nos pères.

B. Je crois qu’il faut travailler sans relâche à perfectionner la nature ; mais qu’il ne faut jamais se flatter follement de pouvoir la vaincre, au risque de la détruire. Je ne décide pas que nous ne puissions aller plus loin que nos pères, que nos neveux ne puissent aller encore plus loin que nous ; mais toujours sur la même route, c’est-à-dire, sur celle où l’on apperçoit la possibilité, la probabilité d’un progrès réel.

A. Et cette route ?

B. Est tout simplement celle de l’observation et de l’expérience. Et l’une des premières vérités que nous