Page:Meister - Betzi.djvu/150

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Richardson, de Fielding, de Miss Burney, comment se plaire à s’entourer de carricatures gigantesques, des conceptions bizarres de tous nos contes à la mode, de toutes nos vieilles histoires de chevalerie, de spectres et de revenans ?

Mme de Genlis a prétendu dans un de ses écrits, que s’il ne fallait jamais permettre à la jeunesse la lecture de livres décidément mauvais, il convenait cependant de lui faire lire d’abord dans chaque genre les ouvrages médiocres, premièrement comme plus à sa portée, secondement comme plus propres à lui faire sentir dans la suite tout le prix des ouvrages supérieurs. Quelque grace et quelque adresse qu’elle emploie à soutenir ce paradoxe, elle aurait sans doute elle-même trop de regrets d’avoir pu réussir à le faire adopter.