Page:Maupassant - Méditation d’un bourgeois, paru dans Le Gaulois, 31 janvier 1883.djvu/5

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il a charmé les foules, gouverné la France et dirigé les Parlements avec une faconde du plus mauvais goût. Ses proclamations emphatiques, pendant la guerre de 1870, resteront comme des modèles d’éloquence grotesque ; et le meilleur de ses discours ne peut être relu sans qu’on demeure effaré devant l’incorrection des phrases, la boursouflure des mots, la banalité des idées, le vide général de l’ensemble. Il savait uniquement faire ronfler des lieux communs.

Il a trouvé, il est vrai, quelques formules caractérisant les situations d’une façon merveilleusement précise. « Se soumettre ou se démettre » demeurera un mot historique. Mais ce sera là tout.