Page:Maupassant - Méditation d’un bourgeois, paru dans Le Gaulois, 31 janvier 1883.djvu/12

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Aujourd’hui, après la mort de cet autre puissant tribun, ce sont les républicains qui semblent émus de peur, qui s’affolent, et dressent des listes de proscription, et se barricadent comme si les rois allaient, à leur tour, les chasser.



Ils dressent des listes de proscription. On commence par les princes, mais on finit par les bourgeois qui croyaient à la liberté.

Voilà le danger, pour nous, pour moi.

Et je riais, oui, je riais, imbécile, quand on me racontait les visites de M. Estancelin au château d’Eu.