Page:Maupassant - Méditation d’un bourgeois, paru dans Le Gaulois, 31 janvier 1883.djvu/11

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Quand l’illustre ancêtre de M. Gambetta, énorme et malsain comme lui, la peau verdie par des bains de mercure, Mirabeau-Tonneau, mourut, le visage et l’esprit sereins, inquiet seulement des événements qu’il ne pourrait plus arrêter ; lorsqu’il eut demandé, dominant ses atroces douleurs, qu’on jetât sur son lit des parfums et des fleurs pour s’évanouir dans un rêve, et qu’il eut bu la coupe qu’il croyait contenir de l’opium, et qu’il eut fermé les yeux pour toujours, le Roi sentit qu’il avait perdu le seul homme capable de sauver la monarchie, et une panique passa sur la Cour.