Page:Maupassant - L’Exil, paru dans Le Gaulois, 8 février 1883.djvu/13

Cette page a été validée par deux contributeurs.


On sourit en les voyant passer avec leur air gauche, épluchant une baguette. Trois mois plus tard, un d’eux sera peut-être couché dans un lit d’hôpital, frappé de ce mal étrange qu’on appelle le « mal du pays ». Et si on ne le renvoie point au triste village dont le souvenir le hante, il mourra aussi sûrement que si une balle l’avait frappé au cœur, car ce mal est inguérissable.

guy de maupassant