Page:Maupassant - L’Esprit en France, paru dans Le Gaulois, 19 juin 1881.djvu/11

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Bien que du moulin en son livre
Semble n’avoir rien ignoré,
Le meilleur est toujours de suivre
Le prône de notre curé.
Toutes ces doctrines nouvelles
Ne plaisent qu’aux folles cervelles.
Pour moi, comme une humble brebis,
Sous la houlette je me range :
Je n’ai jamais aimé le change
Que des femmes et des habits.

Et du Scarron :

Maynard qui fit des vers si bons
Eut du laurier pour récompense !
Ô siècle maudit ; quand j’y pense,
On en fait autant aux jambons !