Page:Maupassant - Ivan Tourgueneff, paru dans Le Gaulois, 5 septembre 1883.djvu/6

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il était simple, bon et droit avec excès, obligeant comme personne, dévoué comme on ne l’est guère, et fidèle aux amis morts ou vivants.

Ses opinions littéraires avaient une valeur et une portée d’autant plus considérables qu’il ne jugeait pas au point de vue restreint et spécial auquel nous nous plaçons tous, mais qu’il établissait une sorte de comparaison entre les littératures de tous les peuples du monde qu’il connaissait à fond, élargissant ainsi le champ de ses observations, faisant des rapprochements entre des livres parus aux deux bouts de la terre, en des langues différentes.