Page:Maupassant - Chronique, paru dans Le Gaulois, 2 mai 1882.djvu/3

Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHRONIQUE



Et on prétend qu’il n’y a plus de ces bons et braves domestiques d’autrefois, dévoués au maître, prêts à mourir pour lui, gardiens de ses intérêts, faisant corps avec la famille ! Mais le procès dit « des deux duchesses » vient de nous révéler une invraisemblable collection de ces domestiques modèles.

Où donc M. le duc de Chaulnes a-t-il pu découvrir cette légion de valets incorruptibles et vertueux, oh ! mais là, vertueux à rendre des points aux muets de Turquie.

Enfoncés, les légendaires eunuques ! Les larbins du château de Sablé les laissent loin, et on affirme que le Grand-Turc vient d’écrire à Mme la duchesse de Chevreuse pour lui proposer un échange.