Page:Maupassant - Camaraderie..., paru dans Le Gaulois, 25 octobre 1881.djvu/2

Cette page a été validée par deux contributeurs.



CAMARADERIE ?…



Elle a compté parmi ses enfants tout ce qui a passé de plus illustre sur la terre, cette république des lettres à laquelle ont appartenu les plus grands noms laissés à la mémoire des peuples. Elle a été l’élite de la race humaine, la mère de la pensée, des idées superbes, de l’esprit dans ses plus fières manifestations.

Pour cela même, par respect pour la littérature, par estime de soi, par orgueil de son art, les écrivains n’ont-ils pas le devoir de s’entre-soutenir, de s’entre-défendre, et surtout de conserver intacte la mémoire de leurs grands morts, de ceux dont le nom jettera dans l’avenir une gloire, une lumière plus vives sur cette difficile et noble profession d’homme de lettres !