Page:Maupassant - Bataille de livres, paru dans Le Gaulois, 28 octobre 1883.djvu/12

Cette page a été validée par deux contributeurs.


commune de notre vie, il s’imagine que, pour exprimer ces choses presque imperceptibles, pour nous les faire comprendre dans leur pauvre et si passagère réalité, il faut un vocabulaire spécial et des formes de phrase inusitées. Alors il invente des mots, il invente des verbes, des adverbes et des participes, il déforme les autres, combine des sens et des sons, et crée une langue curieuse, confuse, difficile, dont il faudrait presque la clef.

C’est une étude de le lire, mais une étude instructive et salutaire.