Page:Maeterlinck - Les Morts ne meurent pas, paru dans Le Figaro, 29 août 1915.djvu/2

Cette page a été validée par deux contributeurs.


LES MORTS
NE MEURENT PAS


----



Lorsqu’on voit l’effroyable perte de tant de jeunes existences, lorsqu’on voit tant de forces physiques et morales, tant d’intelligences et de magnifiques promesses impitoyablement abattues en leur premier essor, on est près de désespérer. Jamais si belles énergies, si belles espérances ne furent ainsi jetées, pêle-mêle, coup sur coup et sans relâche, dans un néant d’où ne monte aucune réponse. Jamais l’humanité, depuis qu’elle existe, ne fit pareil gaspillage de ses trésors, de sa substance et de son avenir.