Page:Louÿs - Les Chansons de Bilitis, 1898.djvu/82

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Purifiées par les ablutions rituelles, et vêtues de tuniques violettes, nous avons baissé vers la terre nos mains chargées de branches d’olivier.

« O Perséphonê souterraine, ou quel que soit le nom que tu désires, si ce nom t’agrée, écoute-nous, ô Chevelue-de-ténèbres, Reine stérile et sans sourire !

« Kokhlis, fille de Thrasymakhos, est malade, et dangereusement. Ne la rappelle pas encore. Tu sais qu’elle ne peut t’échapper : un jour, plus tard, tu la prendras.

« Mais ne l’entraîne pas si vite, ô Dominatrice invisible ! Car elle pleure sa virginité, elle te supplie par nos prières, et nous donnerons pour la sauver trois brebis noires non tondues. »