Page:Louÿs - Les Chansons de Bilitis, 1898.djvu/74

Cette page a été validée par deux contributeurs.


« Ombre du bois où elle devait venir, dis-moi, où est allée ma maîtresse ? — Elle est descendue dans la plaine. — Plaine, où est allée ma maîtresse ? — Elle a suivi les bords du fleuve.

— Beau fleuve qui l’as vue passer, dis-moi, est-elle près d’ici ? — Elle m’a quitté pour le chemin. — Chemin, la vois-tu encore ? — Elle m’a laissé pour la route.

— O route blanche, route de la ville, dis-moi, où l’as-tu conduite ? — A la rue d’or qui entre à Sardes. — O rue de lumière, touches-tu ses pieds nus ? — Elle est entrée au palais du roi.

— O palais, splendeur de la terre, rends-la-moi ! — Regarde, elle a des colliers sur les seins et des houppes dans les cheveux, cent perles le long des jambes, deux bras autour de la taille. »