Page:Louÿs - Les Chansons de Bilitis, 1898.djvu/292

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Hier, m’a dit Nais, j’étais sur la place, quand une petite fille en loques rouges a passé, portant des roses, devant un groupe de jeunes gens. Et voici ce que j’ai entendu :

« Achetez-moi quelque chose. — Explique-toi, petite, car nous ne savons ce que tu vends : toi ? tes roses ? ou tout à la fois ? — Si vous m’achetez toutes mes fleurs, vous aurez la vendeuse pour rien.

— Et combien veux-tu de tes roses ? — Il faut six oboles à ma mère ou bien je serai battue comme une chienne. — Suis-nous. Tu auras une drachme. — Alors je vais chercher ma petite sœur ? »

Cette enfant n’est pas courtisane, Bilitis, nul ne la connaît. Vraiment n’est-ce pas un scandale et tolérerons-nous que ces filles viennent salir dans la journée les lits qui nous attendent le soir ?