Page:Louÿs - Les Chansons de Bilitis, 1898.djvu/236

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Bonjour. — Bonjour aussi. — Tu es bien pressée.— Peut-être moins que tu ne penses. — Tu es une jolie fille. — Peut-être plus que tu ne crois.

— Quel est ton nom charmant ? — Je ne dis pas cela si vite. — Tu as quelqu’un ce soir ? — Toujours celui qui m’aime. —Et comment l’aimes-tu ? — Comme il veut.

— Soupons ensemble. — Si tu le désires. Mais que donnes-tu ? — Ceci. — Cinq drachmes ? C’est pour mon esclave. Et pour moi ? — Dis toi-même. — Cent.

— Où demeures-tu ? — Dans cette maison bleue. — À quelle heure veux-tu que je t’envoie chercher ? — Tout de suite si tu veux. — Tout de suite. — Va devant. »