Page:Louÿs - Les Chansons de Bilitis, 1898.djvu/102

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Quand il est revenu, je me suis caché la figure avec les deux mains. Il m’a dit : « Ne crains rien. Qui a vu notre baiser ? — Qui nous a vus ? la nuit et la lune,

« Et les étoiles et la première aube. La lune s’est mirée au lac et l’a dit à l’eau sous les saules. L’eau du lac l’a dit à la rame.

« Et la rame l’a dit à la barque et la barque l’a dit au pêcheur. Hélas, hélas ! si c’était tout ! Mais le pêcheur l’a dit à une femme.

« Le pêcheur l’a dit à une femme : mon père et ma mère et mes sœurs, et toute la Hellas le saura. »