Page:Longinski - Excursions aux environs de Genève, 1900.djvu/20

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 14 —

où la charmante et poétique Mme de Staël passa une partie de sa vie, exilée par l’ordre de Napoléon qui, après la publication de son livre L’Allemagne, lui défendit de jamais s’éloigner de Coppet.

Elle y rassemblait une cour empressée de ses admirateurs, et les plus illustres personnages de cette époque, comme Schlegel, Byron, de Bonstetten, Sismondi, Montmorency, Benjamin Constant, etc.

C’est à Coppet qu’elle écrivit la plupart de ses charmantes lettres et commença Corinne, et c’est ici qu’elle prononça ces paroles amères : « Puisqu’on réduit à chercher la gloire ceux qui se seraient contentés de l’affection, eh bien ! il faut l’atteindre. »

Elle s’enfuit de Coppet pour se réfugier en Russie, puis y revint pendant les Cent-Jours.

Elle mourut en 1817 : ses restes reposent dans un clos ombragé du parc, à côté de ceux de son père, M. Necker, le ministre de Louis XVI.

L’excursion à Coppet est un pèlerinage obligatoire pour ceux qui portent dans l’âme l’amour du beau et de l’idéal.

Cette promenade est organisée tous les jeudis par Genève-Excursions au prix de 5 fr. par personne.

Longinski - Excursions aux environs de Genève, 1900 (page 20 crop).jpg