Page:London - Chantage ailé, paru dans Gringoire, 29 mai 1936.djvu/9

Cette page a été validée par deux contributeurs.

— Celui-là finira par se casser le cou ! grommela Peter sans conviction en se dirigeant, suivi de l’autre, vers la véranda.

Debout sur le haut du perron, il donna son essor au pigeon. La jolie créature s’ébouriffa en un rapide battement d’ailes, voleta de-ci, de-là, hésitante, pendant quelques instants, puis s’éleva droit en l’air. Parvenue très haut elle s’arrêta de nouveau, puis, sûre apparemment de sa direction, elle fila vers l’est, au-dessus des chênes qui parsemaient le parc de la propriété.

— Splendide ! Splendide ! murmura Peter Winn… Je regrette presque de ne l’avoir pas gardé !

Mais Peter Winn, homme très occupé,