Ouvrir le menu principal

Page:Level - L’Épouvante, 1908.djvu/64

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
59
L’ÉPOUVANTE

pas avec celui-là et, se souvenant qu’il était né un 29, sûr de ne pas se tromper et de ne pas oublier, partit. Il arriva à l’extrémité du boulevard sans rencontrer personne. Il marchait du reste sans regarder autour de lui, trop énervé pour penser librement, essayant de classer ses souvenirs. Tout se brouillait, se confondait, à ce point qu’il ne voyait plus d’une façon précise quelle allait être sa ligne de conduite. Son existence devenait double, ou tout au moins très différente de ce qu’elle était une heure auparavant. Une hésitation, une fausse manœuvre pouvait détruire ses projets. Innocent, et, volontairement suspect, les seules maladresses d’un coupable lui étaient permises.

Non loin du Trocadéro, il croisa un couple qui descendait l’avenue à pas lents. Quand il l’eut dépassé, il tourna la tête, et le regardant s’enfoncer dans la nuit, songea :

« Voilà des gens qui ne se doutent guère qu’un crime a été commis à quelques pas d’ici. En dehors des coupables, je suis le seul à le savoir.

Il ressentit une espèce d’orgueil d’être seul détenteur d’un pareil secret. Combien de temps