Ouvrir le menu principal

Page:Level - L’Épouvante, 1908.djvu/61

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
56
L’ÉPOUVANTE

et la déchira en quatre morceaux inégaux.

L’un portait :

   Monsieur On
             22, R

L’autre :

Monsieur Onési
22, Rue de

Le troisième :

22, Rue de DouaiE. V.

La quatrième :

Monsieur Onési Coche
22, Rue de Douai


Ce dernier le désignant trop clairement, il le roula en une petite boulette qu’il avala. Avec les dents, il rogna, les deux premières lettres de son prénom inscrites sur le premier fragment : il restait trois petites coupures presque incompréhensibles, et qui, pourtant, reconstituées, complétées, pouvaient donner le nom du meurtrier supposé. Ce travail, si difficile qu’il fût, n’était pas impossible en somme. Sans livrer trop d’atouts à ses adversaires, beau joueur jusqu’au bout, il leur laissait la partie belle. Il jeta les trois petits papiers au hasard. L’un tomba sur la table, presque exactement au milieu. Les deux