Ouvrir le menu principal

Page:Level - L’Épouvante, 1908.djvu/56

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
51
L’ÉPOUVANTE

arrêtant sa respiration. Il eut, en moins d’une seconde, très chaud et très froid… Il fouilla la nuit, guetta le silence… Rien. Alors, il referma les voleta, la fenêtre, tira les rideaux, revint à tâtons jusqu’au commutateur, et donna de la lumière.

Chose étrange ! L’obscurité seule l’effrayait. La lumière faisait s’enfuir toutes ses angoisses. Il connut à cela qu’il n’était pas un vrai criminel, car l’aspect de la victime, loin de grandir son effroi, l’apaisa. Dans le noir, il en arrivait presque à se sentir coupable ; bien éclairés, les objets, malgré l’horreur du lieu, n’avaient plus rien de terrible pour ses regards. Il réfléchit que, la peur, le remords, devaient être d’atroces choses, et qu’il allait lui falloir une rare force d’âme pour en grimacer les tourments.

« Je vais, pensa-t-il, être obligé de me combattre et de me vaincre pour ne pas laisser deviner mon innocence, autant qu’un coupable, pour cacher son crime. »

La table débarrassée, il se dirigea vers la toilette. Là, le désordre était si flagrant qu’il