Ouvrir le menu principal

Page:Level - L’Épouvante, 1908.djvu/226

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Onésime Coche s’éveilla vers dix heures et demie, la tête lourde et les membres reposés. Durant la nuit, tant de rêves fantastiques avaient traversé son sommeil, que ses idées avaient peine à se réunir. Il s’étonna d’abord de se trouver dans cette chambre qu’il n’avait jamais vue, et d’être tout habillé sur son lit. Il faisait froid. Autour de lui tout était triste, inconfortable et sale. Des chiffons froissés dépassaient la trappe rouillée à la cheminée. Aux murs, le papier clair à fleurs rosés et bleues, se moirait de taches d’humidité ou de graisse. Le lit était douteux. Le couvre-pieds rapiécé laissait passer par