Ouvrir le menu principal

Page:Level - L’Épouvante, 1908.djvu/220

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
215
L’ÉPOUVANTE

— Monte vite. Le patron t’attend. Je crois qu’il va te raconter quelque chose.

Javel haussa les épaules et répondit, sans se presser :

— Ça va… ça va…

Il s’attendait à une réprimande pour avoir quitté son service sans prévenir, et sans chercher les ordres. Les événements avaient pris une tournure telle qu’il n’avait eu ni le temps, ni l’idée, de prêter la moindre attention à ces détails. Bien plus, il ne lui déplaisait pas d’être mal reçu : il ménageait ainsi un effet plus certain à la nouvelle qu’il apportait. Aussi, lorsqu’il fut devant son chef, laissa-t-il passer l’orage sans l’arrêter par la moindre protestation.

Le Commissaire était d’autant plus nerveux qu’un juge d’instruction venait d’être commis pour suivre l’affaire, et qu’il allait se trouver dans l’obligation de lui transmettre un commencement d’enquête ridiculement pauvre. Il saisit donc l’occasion de faire retomber sa colère sur quelqu’un.

Il était vraiment extraordinaire qu’un inspecteur en prît ainsi à son aise ! Qui avait donné à