Page:Leroy-Beaulieu - Les Guerres contemporaines.djvu/2

Cette page a été validée par deux contributeurs.


La Ligue internationale de la Paix a été constituée le 30 mai 1867 par la déclaration suivante :

« Les soussignés, unis dans de mêmes sentiments de prévoyance, de justice et d’humanité ;

Considérant que la guerre et les animosités réciproques qu’elle engendre sont en contradiction même avec toutes les tendances de civilisation, et spécialement avec cet irrésistible mouvement qui, de plus en plus, rapproche les hommes par le travail ;

Convaincus que le véritable patriotisme, à mesure qu’il fait mieux sentir aux diverses nations le prix de leur propre indépendance, leur impose plus visiblement le devoir de s’abstenir de toute atteinte et de toute menace à l’indépendance des autres nations ;

Déclarant prendre ensemble la résolution de défendre et de propager, selon leurs forces, ces grands principes de respect mutuel qui doivent être désormais la charte commune du genre humain ;

Et dans cette intention ils se constituent, dès aujourd’hui, en Comité pour la formation d’une ligue internationale et permanente de la paix ;

Ils font avec confiance, pour le développement et le succès de cette œuvre, appel au concours de tous les hommes de bonne volonté de tous les pays. »

Altgeld, conseiller intime de régence à Dusseldorff (Prusse).
Arlès Dufour, vice président.
Cesare Cantu, ancien député au Parlement italien.
Michel Chevalier, sénateur, membre de l’Institut, etc, vice-président.
Auguste Couvreur, membre de la chambre des Représentants de Belgique, rédacteur de l’Indépendance belge.
Jean Dollfus, ancien maire de Mulhouse, vice-président.
Joseph Garnier, rédacteur en chef du Journal des économistes, professeur à l’École impériale des ponts-et-chaussées, secrétaire du Congrès de la Paix, en 1849.
A. Gratry, prêtre de l’Oratoire, membre de l’Académie française.
Isidor, grand rabbin du Consistoire central Israélite.
Baron Justus de Liebig, de Munich, vice-président.
Martin Paschoud, pasteur de l’Église réformée de Paris.
J. M. Pastor, sénateur, ancien ministre des finances, président de l’Association espagnole pour la réforme douanière, etc., vice-président.
Frédéric Passy, sécrétaire-général.
Charles Sumner, membre du Sénat des États-Unis, à Boston, vice président.
Docteur de Varrentrapp, de Francfort.
Auguste Visschers, membre du Conseil des mines de Belgique, président du Congrès de Bruxelles en 1848, vice-président du Congrès de Paris en 1849, etc., vice-président.

Voir à la fin la Circulaire du Comité.