Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/62

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les contrées primitives et insuffisamment peuplées abondent encore sur notre petit globe ; les terres disponibles, de bonne qualité, y sont en quantités énormes, égalant peut-être les terres appropriées. L’Asie Centrale, les États-Unis d’Amérique et le Canada, le Brésil et la Plata, plusieurs régions de l’Afrique, conservent des étendues presque indéfinies de terres sans maître. Il en est de même de l’Australie.

Quelle est la valeur de la terre dans ces contrées ? Elle est nulle ou négligeable ; nous entendons parler de la terre non appropriée, à l’état brut, absolument vierge de tout travail humain, de tout travail social.

Le capitaine anglais Burnaby, dans son intéressant voyage à Khiva, raconte qu’entre Orenbourg et Orsk (ce n’est pas là une contrée bien éloignée des confins de la civilisation) on peut acheter quatre-vingts acres de terre pour un rouble et demi, c’est-à-dire pour 6 francs[1]. Dans le même pays et d’après le même narrateur les productions naturelles ont une valeur très-faible : une vache vaut 77 francs, un mouton gras de deux ans, 13 fr. 50. Mieux encore dans le Yarkand, d’après les récits de l’Ambassade Anglaise de 1877 un mouton gras, non pas comme les petits moutons de l’Inde, se vend 40 ou 60 centimes, et la farine de froment coûte 2 fr. 50 les quatre-vingts livres. Dans le Soudan, un bœuf coûte 5 francs d’après Barth, tandis que le sel et les cotonnades y sont à un prix élevé. D’après la valeur des produits de la terre de ces contrées, qui ne sont pas cependant livrées à l’absolue sauvagerie, on peut juger de la valeur de la terre elle-même.

La valeur de la terre dans les contrées primitives est donc nulle, ou du moins insignifiante, faute de travail humain et faute de travail social car ce dernier, sous la forme de routes, de dessèchements, de moyens d’irrigation, d’endiguements etc., contribue pour une large part à la valeur de la terre appropriée.

En est-il autrement dans les contrées encore jeunes où se porte l’élément européen ? au Far West des États-Unis, du

  1. L’acre anglais égale 41 ares.