Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/518

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Moyenne des revenus
Années. Population d’après les rôles. Nombre des contribuables[1]. Ensemble des revenus
marks[2].
par
contribuable
marks.
par tête
marks.
1872 23,820,000 8,058,183 6,969,385,000 865 293
1873 24,060,000 8,140,438 7,195,614,000 884 299
1874 24,525,778 8,220,029 7,532,365,800 916 307
1875 24,543,082 8,301,287 7,628,308,700 919 311
1876 24,832,784 8,467,076 7,857,192,400 928 316
1877 25,346,277 8,648,649 7,992,203,600 924 315
1878 25,747,660 8,790,285 8,069,837,300 918 323

Dans les six dernières années, malgré le Krach et la grande crise commerciale, le revenu des habitants de la Prusse a augmenté d’environ 16 p. 100 en monnaie, la population n’a crû que de 7 1/2 p. 100. Il en résulte que le revenu moyen par tête s’est élevé de près de 10 p. 100, passant de 293 marcks ou 376 francs à 323 marks ou 403 fr. 75.

Ce sont surtout les petits, les modiques et les moyens revenus qui ont profité de cette amélioration. Le nombre des personnes composant la classe des revenus indigents (au-dessous de 525 marks ou de 651 francs) est passé de 6, 212, 000 en 1872 à 6,664,000 en 1878, ce qui est un accroissement d’un peu moins de 7 p. 100, soit très-légèrement inférieur à la proportion de l’accroissement moyen de la population. Le revenu moyen par tête, dans cette catégorie inférieure de revenu, s’est élevé de 202 marks (252 fr. 50) à 210 marks (262 fr. 50). La catégorie des petits revenus, de 525 marks à 2,000 marks (de 651 fr. à 2,500), comptait 16,217,500 personnes en 1872, en 1878 on y en recensait 17,390,767, ce qui était une augmentation de 1,173,000 personnes, ou 7 p. 100 environ, soit un peu moins encore que la proportion moyenne de l’accroissement général : le revenu moyen par tête dans cette classe s’est élevé dans

  1. Le nombre des contribuables ne représente guère que 33 ou 34 p. 100 de la population, non pas à cause des exemptions qui sont peu nombreuses, mais parce que les contribuables sont seulement les chefs de famille ou les personnes isolées qui ont un revenu propre.
  2. Le mark vaut 1 fr. 25.