Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/516

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sorte de cette dernière classe pour entrer dans celle des gros revenus : il n’en résulte pas que la richesse se répartisse plus inégalement qu’autrefois, cela signifie uniquement que toute la population a fait un pas en avant, que chaque classe, par exemple, a avancé d’un rang, prenant le rang occupé antérieurement par la classe immédiatement supérieure.

Il est vrai que quelques-unes des catégories les plus élevées de contribuables semblent avoir vu multiplier, dans une proportion plus forte que la proportion usuelle, le nombre des individus qui les composent. En 1833, dans le royaume, de Prusse, contenant 18 millions d’habitants, il n’y avait que 444 personnes imposées pour un revenu de plus de 45,000 fr. ; en 1878, dans la Prusse peuplée de plus de 26 millions d’âmes, on compte 2,273 contribuables qui sont dans ce cas, soit cinq fois plus qu’un quart de siècle auparavant ; il faut tenir compte, non seulement de ce que la population générale a augmenté de moitié, mais aussi de ce que le pouvoir d’achat des métaux précieux ayant baissé d’environ 30 ou 40 p. 100, un revenu de 45,000 fr. ne représentait pas, en 1878, plus de jouissances et d’importance qu’un revenu de 30 ou 35,000 fr. en 1853. Dans ces circonstances, après les annexions de 1866, après le prodigieux développement du commerce, de l’industrie et de la finance, on doit plutôt s’étonner de ce que la quantité de personnes ayant plus de 45,000 fr. de revenu ne se soit pas accrue davantage dans le dernier demi-siècle.

En 1853, il y avait en Prusse 160 personnes imposées pour plus de 75,000 fr. de revenu en 1878, dans la Prusse agrandie, on en compte 928 ; ce n’est pas six fois plus, proportion qui n’a rien d’anormal. On pourrait dire que, vu le progrès de la richesse nationale et la dépréciation des métaux précieux, un revenu de 75,000 fr. en 1878 est l’équivalent d’un revenu de 45,000 fr. en 1853 ; or, comme dans la petite Prusse de 1853 il y avait 444 personnes imposées pour un revenu de plus de 45,000 fr., et que dans la grande Prusse de 1878 il y a 928 personnes imposées pour un revenu de plus de 75,000 fr., l’augmentation des classes riches a été très-lente, puisque la popu-