Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/514

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la Prusse actuelle, il ne faut pas l’oublier, comprend, outre Berlin, des villes comme Francfort, Cologne, Breslau, qui ont toujours été fort opulentes. Sur les 491 contribuables qui ont plus de 125,000 francs de revenu, il s’en trouve 49 qui possèdent de 255,000 à 375,000 francs de ressources annuelles ;15 ont de 375,000 à 450,000 fr. ; 8 de 458,000 à 625,000 fr. ; 6 de 525,000 à 600,000 fr. ; 2 contribuables possèdent un revenu de 600,000 à 675,000 fr. ; 4 en ont un de 675,000 à 750,000 fr. ; 1 jouit d’un revenu de 750,000 à 825,000 fr. ; 4 ont un revenu de 825,000 à 975,000 fr. Nous voici arrivés au revenu d’un million. Un contribuable a un revenu qu’on évalue entre 975,000 et 1 million 50,000 fr. ; 2 autres payent pour un revenu de 1,125,000 à 1,200,000 fr. ; 2 encore sont taxe pour 1,275,000 à 1,350,000 fr. ; 2 aussi pour 1,350,000 à 1,425,000 fr. Un contribuable paie pour un revenu de 1,425,000 à 1,500,000 fr., un autre pour un revenu de 1,650,000 à 1,725,000 fr. ; un encore pour un revenu de 2,475,030 fr. à 2,550,000. Il reste deux contribuables : l’un est taxé pour un chiffre de revenu supérieur à 2,850,000 fr., mais inférieur à 2,925,000 enfin celui qui tient la tête de cette brillante catégorie, le contribuable le plus fortuné de Prusse, acquitte l’impôt sur un revenu supérieur à 2,925,000 fr., mais inférieur à 3 millions de francs. On voit que les très-grandes fortunes ne manquent pas en Prusse ; il y en a une douzaine de fort notables, et l’on s’aperçoit que la ville de Francfort est devenue prussienne ; un des gros contribuables est aussi, croyons-nous, le célèbre fabricant de canons, M. Krupp. Mais combien toutes ces fortunes sont peu de chose dans l’ensemble de la richesse nationale !

Il est intéressant de comparer la statistique des revenus prussiens en 1878 avec celle des revenus du même pays en 1853 et en 1864, quoique la Prusse de 1878 soit beaucoup plus étendue et beaucoup plus peuplée que celle de 1864 ou de 1853. De cette dernière date à 1878, la Prusse a gagné plus de 8 millions d’habitants, ce qui est un accroissement de 45 p. 100, et elle s’est enrichie de provinces et de villes très-prospères. En 1853, le total de l’impôt payé à l’Einkommensteuer par les personnes