Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/455

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de Louis-Philippe, par Louis Reybaud de 1860 à 1862, les documents pour l’Exposition universelle de 1867 et pour celle de 1878, ainsi que les dépositions faites devant les commissions législatives des tarifs de douane en 1878 ou 1879, on constate une progression continue des salaires.

Cette hausse est particulièrement sensible pour le salaire des femmes. Celui-ci variait dans les fabriques, d’après Villermé, de 12 à 20 sous par jour, exceptionnellement de 20 à 40 sous. M. Louis Reybaud fixait le salaire moyen des femmes dans les manufactures entre 20 et 35 sous, et le salaire exceptionnel entre 35 et 55 sous. D’après les dépositions des industriels aux enquêtes sur les tarifs, les salaires moyens des filatures normandes auraient haussé de 25 p. 100 dans la période de 1868 à 1878. L’amélioration a été plus grande pour les enfants que pour les hommes, pour les ouvriers des dernières catégories que pour ceux des catégories supérieures. Le même fait a été constaté en Angleterre, et il s’explique par des raisons très-naturelles. L’usage de la vapeur comme force motrice et les perfectionnements de la mécanique rendent un grand déploiement de force musculaire inutile pour la plupart des opérations manufacturières ; une certaine agilité des doigts et une attention soutenue suffisent ; les femmes et les enfants ont la première qualité à l’égal des hommes, et ils sont susceptibles d’acquérir la seconde. La civilisation a donc diminué la différence de capacité productive qui existait entre les femmes et les enfants, d’une part, et les hommes faits, de l’autre.

Cette élévation des salaires, tous les documents sont d’accord pour la constater. L’enquête décennale faite, à l’occasion de l’Exposition de 1878, par la société industrielle de Mulhouse ayant pour rapporteur M. Engel-Dollfus, a démontré que, de 1857 à 1867, l’augmentation des salaires avait été de 28 à 40 p. 100 dans les filatures et les tissages, et que de 1867 à 1877 elle avait encore été de 26 à 30 p. 100.

La même amélioration s’est produite pour les ouvriers occupés dans des industries non concentrées Nous allons en citer un frappant exemple. En 1879 et 1880 la boulangerie parisienne a été