Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/371

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le cours de cet ouvrage nous conduit à nous occuper maintenant de cette très-grande partie de la nation que l’on appelle les ouvriers, les salariés : comment la destinée de cette catégorie d’hommes est-elle influencée par les causes diverses qui composent la civilisation moderne : quel est l’avenir que l’on peut prévoir pour elle ?

La situation de l’ouvrier peut être modifiée de bien des façons qu’il importe de distinguer :

1° Sa rémunération en argent, en monnaie, peut devenir plus forte qu’autrefois ;

2° Sa rémunération réelle, c’est-à-dire le rapport de sa rétribution avec l’ensemble des prix des subsistances, en un mot le pouvoir d’achat de son salaire peut augmenter ;

3° Son travail peut devenir plus salubre, moins dangereux, moins fatigant, plus agréable ;

4° Ses loisirs peuvent être plus abondants qu’autrefois, sa journée de travail moins longue ;

5° L’épargne peut lui être facilitée par des procédés ingénieux les risques de maladie ou de chômage peuvent être prévenus ou compensés ; le repos de ses vieux jours peut être plus assuré.