Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/369

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lire et écrire et dix fois plus aussi d’hommes connaissant les premiers éléments des sciences qu’il ne s’en rencontrait au dix-huitième siècle dans les mêmes pays, mais il ne semble pas qu’il y ait dix fois plus de capacités de premier ordre ; peut-être n’y en a-t-il pas davantage.

Pour qui observe de près notre société, pour qui sait faire la part de la période extraordinaire de rénovation dont le deuxième et le troisième quartiers du dix-neuvième siècle ont été remplis, il est évident que la concurrence de plus en plus pressante dans toutes les professions administratives et libérales y doit diminuer singulièrement les profits, les traitements et émoluments de toutes sortes. La bourgeoisie, la haute bourgeoisie surtout, s’en trouvera atteinte : les fonctions publiques dont le sort devient de jour en jour plus précaire et dont la rémunération, au moins pour les hauts emplois, diminue plutôt qu’elle ne s’élève, n’appartiennent plus en monopole à la bourgeoisie. Cette partie de la société doit faire chaque jour des pertes de prestige, d’autorité, d’indépendance ses services sont de moins en moins appréciés, de moins en moins payés. Toutes les professions libérales, de plus en plus envahies, deviennent de moins en moins lucratives.

Il n’y a d’exception que pour les hommes entrant dans le monde avec ce talent exceptionnel, ce don naturel sans rival, qui s’appelle l’esprit d’invention, et que le vulgaire désigne sous le nom d’originalité. Ceux-là, dans les arts, dans les sciences, dans les lettres, dans l’industrie, ne perdront rien de la situation qu’avaient leurs prédécesseurs ; ils l’agrandiront au contraire. Artistes, littérateurs, savants, avocats, médecins, ingénieurs de premier ordre, tous ceux qui sont à un degré quelconque des inventeurs ou des créateurs, deviendront de plus en plus les élus, les favoris, les princes de la société moderne. Et cependant, au point de vue de la rémunération, il est bien probable qu’ils seront éclipsés par les chanteurs et les chanteuses, les comédiennes et les comédiens ; on en a donné plus haut la raison scientifique.