Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/335

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


signalée par cet amour du bitume toutes ces dix-sept sociétés font prime alors, et quelle prime au milieu de toutes nos folies, nous sommes des sages auprès de nos pères. Les actions de Pyrimont-Seyssel, au capital de 1,000 francs, valent 10,200 francs en 1838 ; l’asphalte de Lobsann, au pair de 1,000 francs, en vaut 6,000 le Seyssel anglais, au pair de 500 francs, se vend 2, 400 ; le Seyssel allemand, 1,200 francs pour 500 francs versés ; le bitume élastique et bien d’autres valent le double du prix d’émission le bitume végéto-minéral fait mieux, la prime dont il jouit est de 160 p. 100 le mastic bitumineux végétal ne lui cède guère, sa prime est de 115 p. 100 ; le bitume minéral s’en rapproche ; l’asphalte de Bastennes les dépasse et cote 180 p., 100 de prime. Quelle singulière et inexplicable passion pour le bitume s’était alors emparée des esprits ! Elle fut, d’ailleurs, de courte durée. En 1841, de ces dix-sept sociétés de bitumes que l’année 1838 avait portées à de si hauts cours, il n’y en avait plus qu’une qui figurât à la cote de la Bourse, et elle se négociait à 25 ou 30 p. 100 de perte.

Sic fortuna hominum, sic transit gloria mundi.

Peut-on s’étonner que le théâtre et le roman tournassent alors en dérision la société en commandite ? le type de Robert-Macaire date de ce temps, ainsi que la « Société des bitumes bitumineux ».

Les bougies n’allumaient guère moins d’enthousiasme que les bitumes, c’est toujours l’année 1838 qui assiste à cette incandescence de sociétés rapidement éteintes ou étouffées. Nous relevons alors dix sociétés en commandite pour les bougies, les bougies de l’Étoile, les bougies de l’Éclair, les bougies de l’Union, les bougies du Phare, les bougies parisiennes, les bougies royales, les bougies du Phénix, les bougies-chandelles du Soleil, les bougies de l’Arc-en-Ciel, la stéarinerie de Vaugirard. Toutes font prime en 1838, l’une, même, jouit d’une prime de 140 p. 100 ; mais bientôt, deux exceptées, toutes tombent au-dessous du pair, et, en 1841, une seule de ces sociétés figurait encore à la cote, perdant 80 p. 100 de sa valeur nominale.