Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/214

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


partie inhabitées qui rayonnent autour de l’Arc de triomphe, le prix va de 3 à 500 fr., et de 150 à 200 fr. dans les petites rues adjacentes. Le long des fortifications, à Passy et à Auteuil, il s’élève encore, en général, à 80 ou 100 fr. Ce sont les quartiers excentriques qui ont le plus gagné[1]. Ici toutes les explications de Bastiat sur l’origine unique de la valeur qui serait le travail de l’homme se trouvent fausses. C’est d’un ensemble de circonstances extérieures que la valeur découle dans ce cas de l’affluence des habitants, de la sociabilité qui les porte à s’entasser les uns près des autres, de l’insuffisance des moyens de transport qui ne leur permet pas d’aller se loger plus loin. Cette valeur, qui n’est pas le fait des propriétaires, n’en est pas moins respectable, comme on l’a démontré plus haut, parce qu’il y aurait beaucoup plus d’inconvénients à vouloir la supprimer ou à la confisquer qu’à laisser le premier occupant ou ses ayant droit en bénéficier. L’augmentation considérable de la charge du loyer pour les rentiers non propriétaires, pour les pensionnés ou les retraités, les employés et les ouvriers, est un fait que chacun sent et qu’il est presque surperflu que les statistiques viennent démontrer. Il se trouve à Paris, comme dans toutes les grandes villes, deux catégories d’habitants celle qui occupe des loge-

  1. Le journal Le Temps, dans le numéro du 29 mars 1880, publiait la note suivante « D’après une statistique sur la valeur du sol à Paris, pendant les trois années qui se sont écoulées de 1866 à 1869, la moyenne des prix de vente durant cette période, relevés pour chaque arrondissement, a donné pour chacun d’eux comme prix moyen du mètre superficiel de terrain :
    1er arrondissement, 719 fr. ; 2e arrondissement, 900 fr. 3e arrondissement, 550 fr. ; 4e arrondissement, 300 fr. ; 5e arrondissement, 147 fr. ; 6e arrondissement, 391 fr. ; 7e arrondissement, 340 fr. ; 8e arrondissement, 278 fr. ; 9e arrondissement, 415 fr. ; 10e arrondissement, 268 fr. ; 11e arrondissement, 122 fr. ; 12e arrondissement, 95 fr. ; 13e arrondissement, 63 fr. ; 14e arrondissement, 54 fr. ; 15e arrondissement, 46 fr. ; 16e arrondissement, 88 fr. ; 17e arrondissement, 110 fr. ; 18e arrondissement, 82 fr. ; 19e arrondissement, 57 fr. ; 20e arrondissement, 50 fr. »
    Tous ces prix ont été de beaucoup dépassés dans la fièvre de construction qui s’est emparée de Paris et des principales villes de France depuis deux ou trois ans. Ainsi dans les grandes voies du 16e arrondissement (celui de Passy) le prix du mètre montait, en 1880, à 3 ou 400 fr., on était même arrivé à en demander 500 francs. Dans le centre, le prix de 2,000 francs n’est pas rare.