Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/194

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


considérables fortunes ont été faites dans les mêmes conditions : l’accaparement, suivi de l’abstention prolongée.

Avouons-le, ces critiques ont beaucoup de force. C’est surtout en ce qui concerne les terrains des villes que la théorie de Bastiat sur la valeur et sur la rente de la terre est fausse. Il prétend que toute valeur vient du travail. Quel est le travail humain qui justifie un prix de 200, 500, 1,000 francs, de 2,000 francs le mètre pour un terrain situé dans une grande ville ? Il faut abandonner l’explication de Bastiat.

On peut dire, sans doute, qu’au point de vue esthétique, cet accaparement des terrains dans les mains des particuliers riches, ces hauts prix qu’ils atteignent, ont parfois d’assez heureuses conséquences. C’est par ce moyen seulement qu’on peut obtenir de beaux quartiers, d’où soient bannis les huttes misérables ou même les logements exigus et plus ou moins délabrés. Le prix des terrains distribue les habitations des villes suivant les catégories, met l’ordre à la place du chaos, empêche la confusion et la proximité des palais et des chaumières, crée les beaux quartiers et les quartiers ouvriers. Si le terrain de la ville appartenait à tout homme qui y veut bâtir, nos grandes capitales auraient un aspect sordide qu’elles n’ont pas ; c’en serait fait des avenues ou des boulevards peuplés de grandes et de belles constructions. L’esthétique en souffrirait, sans aucun doute.

Ce n’est pas là, toutefois, une justification des ces prix énormes qu’atteignent les terrains dans les villes et de l’attribution de la totalité de ce prix au propriétaire, c’est-à-dire à la personne qui a eu la première l’idée de s’établir sur le sol ou plutôt de l’acheter, de le soustraire pendant longtemps à la culture et à la construction.

La justification de la propriété du terrain des villes se rattache à la justification de la propriété foncière en général. La propriété privée perpétuelle et individuelle a des avantages si grands pour la production qu’on doit en respecter partout le principe là où il n’a pas d’avantages, où il présente, au contraire, des inconvénients, et l’on peut soutenir que c’est le