Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/148

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tenure et d’exploitation du sol ? Jusqu’ici elle a eu pour effet de réduire le régime du métayage ou du colonat ; elle y a substitué, dans la plupart des pays de vieille civilisation, le fermage. La culture intensive et le métayage, du moins le partage par moitiés, sont à peu près inconciliables. Aujourd’hui le fermage lui-même paraît atteint ; la classe des fermiers ne se recrute plus aisément. Le développement ultérieur de la civilisation fera-t-il disparaître, du moins diminuera-t-il dans de notables proportions la classe des fermiers, pour rendre générale l’exploitation directe du sol par le propriétaire ou, sous la conduite et la responsabilité du propriétaire, par les agents de celui-ci ? Il y a de grandes vraisemblances qu’il en sera ainsi. D’autre part, on peut se demander si le métayage, jusqu’ici condamné par la plupart des économistes et de plus en plus sacrifié, ne prendra pas une forme nouvelle et ne s’étendra pas dans l’avenir en substituant au partage par moitié un partage par quantités inégales suivant les cultures et la qualité des terres, de manière que l’agriculture intensive ne fût plus inconciliable avec le colonat partiaire ? Cette opinion aussi ne manque pas de vraisemblance.

Ce qui est en tout cas certain, c’est que le régime du fermage est menacé et que la classe des fermiers se restreint de plus en plus. Dans presque tous les pays il y a une crise des fermages. En Angleterre, cette crise s’est manifestée à différentes reprises et avec une intensité grave, de 1830 à. 1840 par exemple. Elle sévit avec plus d’acuité encore depuis 1878. En France, elle a commencé en Normandie et dans le Nord bien avant la concurrence américaine. Il y a dix ans que les terres en labour dans le Calvados sont très-difficiles à louer et que les propriétaires qui perdent leur fermier sont forcés d’exploiter eux-mêmes pendant plusieurs années avant de trouver un fermier nouveau. En Espagne, l’année 1879 a été témoin d’une sorte d’insurrection des fermiers de Valence ; les émotions rurales sont fréquentes dans ce pays. En Belgique, il n’en est pas encore de même cependant, depuis 1866 le taux des fermages n’y a que très-peu augmenté, sauf dans les deux Flandres par excès.