Page:Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des richesses, 1881.djvu/124

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’école économique anglaise[1] a donc singulièrement exagéré le prétendu privilège du propriétaire rural à vrai dire, ce n’est même pas une exagération, c’est un véritable travestissement des faits. Bien loin que le propriétaire rural voie sa situation relative dans la société s’améliorer chaque jour, il reste généralement en arrière, pour le progrès de son bien-être et de sa fortune, du fermier et de l’ouvrier des champs.

C’est qu’il est complètement faux que la civilisation procède toujours de la culture des meilleures terres à celle des plus mauvaises ; Carey et Hippolyte Passy ont admirablement réfuté ce paradoxe. M. de Laveleye apporte encore une autre objection ou plutôt deux autres objections à cette hypothèse c’est l’exemple des Flandres qui sont un des sols les plus infertiles de l’Europe et un de ceux qui, dans ces derniers temps, ont le plus gagné en productivité ; c’est aussi l’exemple des polders de Belgique, un terrain récemment conquis sur les plages arides et dont la fertilité est telle qu’on peut les cultiver pendant quarante ans sans engrais. Montesquieu avait été plus perspicace que Ricardo, quand il écrivit cette immortelle sentence que les terres sont cultivées non en raison de leur fécondité, mais en raison de la liberté dont jouissent les habitants il faudrait ajouter en raison aussi de la densité de la population et de l’abondance des capitaux dans le pays.

Plus le monde se peuple, plus le privilège prétendu de l’agriculteur européen disparaît. La concurrence des pays neufs équivaut à une sorte d’expropriation partielle, sans indemnité, de la rente de la terre du vieux monde. Pourquoi, en effet, la vallée du Mississipi et de ses affluents, celle des Amazones, celles du Niger, du Zambèze, du Congo seraient-elles moins naturellement fertiles que les vallées du Rhin, du Rhône, de la Seine, du Pô ou de l’Èbre ? La vraisemblance est que l’avantage appartiendra aux premières quand la population sera assez dense dans ces régions et quand les arts techniques se-

  1. Il y a même en Angleterre une réaction contre les doctrines de Ricardo et de Stuart Mill. M. Macleod, par exemple, démontre fort bien les inexactitudes de la théorie de ces économistes ; M. Jevons également.