Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/331

Cette page a été validée par deux contributeurs.


cette rampe sinueuse, que la jeune princesse Tamara va puiser de l’eau à l’Arachva[1].


VI

.


Toujours silencieuse, la sombre demeure, du haut des rochers escarpés, semble contempler les vallées. Mais en ce jour un grand festin a été servi dans ses murs ; la zourna[2] résonne et le vin coule à flot. Gudal marie sa fille ; toute la famille a été conviée au banquet. Sur la terrasse couverte de tapis, la fiancée est assise parmi ses compagnes et les heures s’écoulent oisivement pour elle au milieu des jeux et des chants. Déjà le disque du soleil s’est caché derrière les montagnes lointaines. Les jeunes filles chantent en battant la mesure avec leurs mains et la jeune fiancée prend son bouben[3]. Tout à coup, le balançant d’une main au dessus de sa tête et plus rapide qu’un oiseau, elle s’élance : tantôt elle s’arrête et regarde autour d’elle et son œil humide scintille à travers ses cils jaloux ; tantôt elle joue gracieusement de

  1. L’Arachva est une rivière de la Géorgie.
  2. Instrument à corde ; espèce de viole.
  3. Sorte de tambour de basque.