Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/328

Cette page a été validée par deux contributeurs.



II.


Depuis longtemps réprouvé, il errait dans les solitudes du monde sans trouver un asile. Et cependant les siècles succédaient aux siècles, les instants aux instants. Lui, dominant le misérable genre humain, semait le mal sans plaisir et nulle part ne rencontrait de résistance à ses habiles séductions. Aussi le mal l’ennuyait…


III.


Bientôt le banni céleste se mit à voler au-dessus du Caucase. Au-dessous de lui, les neiges éternelles du Kazbek[1] scintillaient comme les facettes d’un diamant ; plus bas, dans une obscurité profonde, se tordait le sinueux Darial[2], semblable aux replis tortueux d’un reptile. Puis le Terek[3], bondissant comme un lion à la crinière épaisse et hérissée, remplissait l’air de ses rugissements ; les bêtes de la montagne, les oiseaux décrivant leurs orbes dans les hauteurs azurées écoutaient le bruit de ses eaux ; des nuages dorés, venus de

  1. Le Kasbek est un des pics les plus élevés du Caucase.
  2. Le Darial, torrent du Caucase
  3. Le Terek, rivière du Caucase.