Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/283

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


âme pouvait s’allumer une étincelle de générosité et alors tout s’arrangerait pour le mieux. Mais l’amour-propre et sa faiblesse de caractère devaient triompher de lui. Je voulais me mettre complètement dans le droit de ne pas l’épargner si le sort me favorisait. Qui n’aurait pas pris de telles précautions avec sa conscience ?

— Tirez au sort, docteur, dit le capitaine.

Le docteur prit dans sa poche une pièce d’argent et la jeta en l’air ;

— Pile ! cria Groutchnitski brusquement comme un homme qui est réveillé tout à coup par la main d’un ami qui l’avertit d’un danger.

— Face ! dis-je.

La pièce tourna sur elle-même et tomba à terre ; tous se précipitèrent sur elle.

— Vous êtes favorisé, dis-je à Groutchnitski, c’est à vous de tirer le premier. Mais souvenez-vous que si vous ne me tuez pas, moi je ne vous manquerai pas ; je vous en donne ma parole d’honneur !

Il rougit ; il avait honte de tuer un homme sans armes. Je le regardai fixement un instant. Il me sembla qu’il allait se jeter à mes genoux et me demander pardon. Mais comment oser