Page:Lermontov - Un héros de notre temps, Stock, 1904.djvu/271

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


compris entièrement. Les uns me croient meilleur, les autres plus mauvais que je ne le suis réellement. Les uns diront : c’était un brave garçon ; les autres : un homme de rien. Et l’un et l’autre de ces termes sont faux. Ah ! quel ennui que de vivre ! et on vit tout de même… par curiosité. On attend quelque chose de nouveau… C’est ridicule et absurde !



Voilà déjà un mois et demi que je suis dans la forteresse de N… Maxime Maximitch est parti pour la chasse… je suis seul, assis auprès de la fenêtre. Des nuages gris couvrent les montagnes jusqu’à leur base. Le soleil, à travers les brouillards, ressemble à une tache jaune. Il fait froid ; le vent siffle et secoue les volets ; c’est ennuyeux ! Je vais continuer mon journal interrompu par des événements étranges.

Je relis ma dernière page. C’est ridicule ! Je croyais mourir, mais c’était impossible ; je n’avais pas encore épuisé le calice de la souffrance, et maintenant je pense que je vivrai encore longtemps.

Comme tout le passé est clair et profondé-